Les joies d’avril

Si il y a une seule chose chouette dans ce confinement, c’est de pouvoir passer du temps avec sa famille et de profiter de leur présence au maximum.

Nous sommes restés en ville pour permettre à mon mari de poursuivre son activité en notre compagnie. Je souhaitais avant tout que nous restions ensemble durant cette période difficile. L’occasion de regarder le printemps éclore dans notre jardin, commencer les semis puis les premières plantations dans le potager et poursuivre l’entretien de nos plantes.

Je ne me lasse pas de ce spectacle vivant, il me plait d’observer d’un air béat l’épanouissement de cette nature adorée. J’assume de m’extasier devant l’éclosion d’une fleur ou la germination d’une graine. Comme ce jour où, de la fenêtre de notre bureau, j’ai surpris un pigeon se baigner dans une gouttière. Autant de joies qui fondent le goût de la vie.

Bien que nous travaillons durant cette période, nous avons la chance d’être ensemble et essayons de savourer ces moments privilégiés. Ce confinement nous offre la possibilité d’expérimenter et inventer de nouvelles choses ou techniques. Nous avons laissé place à l’imagination pour créer quelques jouets en carton, comme ces jumelles d’exploratrice ou ce château de la Reine des neiges réalisé à six mains. Une simple boîte en carton peinte par Rose et son papa; aménagée par mes soins lors d’une veillée nocturne. Vous pourrez voir l’édifice plus en détail sur mon feed Instagram ici.

Il est fascinant d’observer la joie d’un enfant pour de simples objets. Pour ma part, cela constitue un véritable moteur à mon envie de créer. C’est mon seul but à chaque fois : faire plaisir au destinataire, lui offrir un peu de joie et de légèreté.

Toujours dans le souhait de faire plaisir à Rose, je me suis lancée dans la confection d’une mini poupée Happy to see you. Au hasard d’une flânerie sur le web, j’ai vu que Pénélope proposait désormais des kit de fabrication (voir ici). Avec ma fille, nous partageons le goût de ces poupées. L’habileté me manque, je prends le temps. L’occasion de profiter de cette petite difficulté pour apprendre à Rose la notion de patience, bien relative à son âge.

Faute d’encre suffisante, j’ai redessiné les visages des jolies petites filles de Mermag disponibles en libre téléchargement. Quelques crayons aquarelles, des fleurs séchées, un peu d’imagination et nous avons créé avec ma Rose, ces deux petites demoiselles.

La saison du jardin débute, ce sera l’occasion de vous en parler plus longuement ici au travers différents posts. Cette année, nous avons décidé de nous lancer pleinement, boostés par nos réussites de l’année passée (à relire ici). Nous verrons bien ce que la nature nous offre.

Belle journée à vous, je vous embrasse,

Mélanie