FOOD·KIDS & MUM·SLOW LIFE

La diversification alimentaire, on en parle ?

Rose a maintenant 14 mois et le temps des premiers moulinés est bien loin derrière nous.  Sur les conseils de notre pédiatre, nous avons commencé la diversification alimentaire à 4 mois. Il faut dire que Rose n’a jamais eu de problème pour s’alimenter; tout fût facile dès le début : allaitement réussi mais raccourci pour cause de bébé glouton et maman endolorie !, sevrage en douceur, aucune allergie ni trouble corporel.

CHACUN FAIT CE QUI LUI PLAIT

Ici, vous ne trouverez pas de parole moralisatrice sur l’allaitement ou les repas industriels. Chacun est libre de ses choix du moment où cela convient à bébé et ses parents. Nulle envie ici de mettre la pression à autrui ou me la jouer, juste le souhait de partager notre expérience et nos conseils dans une bienveillance totale.

Comme pour l’allaitement, nous avons ENSEMBLE pris la décision de cuisiner pour notre bébé. Dans les faits, c’est essentiellement moi qui prépare car j’ai pour le moment le temps de le faire et Papa donne le repas lorsqu’il ne travaille pas.

C’est toujours plus facile de cuisiner quand on a l’esprit libre et du temps à y consacrer. Pour l’avoir vécu dans le passé, quand on a une activité professionnelle riche, il est parfois difficile de cuisiner tous les jours de la semaine des produits frais et variés.

Dans ce cas, je pense qu’il vaut mieux choisir un bon repas tout fait BIO que de se forcer à cuisiner. D’une part, parce qu’il y a de grandes chances de rater et d’autre part, bébé risque de ne pas en manger car il sera trop occupé à ressentir votre stress. Et cela lui coupera la faim.

Autre alternative aussi, c’est de vous réserver un créneau de cuisine le week-end pour préparer vos repas et les surgeler. Comme ça, il n’ y a plus qu’à décongeler et réchauffer en semaine.

GOOD VIBES

Avant tout, je pense que pour réussir la diversification alimentaire, il faut avoir PLAISIR à faire son marché, sélectionner les fruits et légumes et cuisiner pour son bébé.

Tout cela prends du temps certes mais je préfère passer du temps à construire le GOÛT de ma fille qu’à une autre activité. Question de choix. À la différence de la notion de plaisir, la notion de goût n’est pas innée chez l’homme. C’est une ÉDUCATION et comme chaque enseignement, il se construit au fil des années. Donc RIEN NE PRESSE, inutile de se mettre la pression en se donnant des objectifs chiffrés. C’est à chaque famille de trouver son rythme en fonction de son quotidien. L’essentiel étant que le repas reste un moment de PARTAGE et de CONVIVIALITÉ.

Enfin, je pense aussi qu’il faut OBSERVER les réactions de bébé. Imaginer le regard de ma fille, ses rictus est une vraie motivation pour moi lorsque je prépare ses repas. Cela me donne de l’énergie à cuisiner les jours de flemme. La voir se régaler est une récompense et une vraie source de bonheur pour moi. Rose est un bébé gourmand et très curieux. Pour l’instant, elle n’est vraiment pas difficile : à part la betterave et l’agneau en modération, peu d’aliments la rebute.

En fonction des réactions de votre bébé, il faut S’ADAPTER et surtout NE PAS LE FORCER. Il vaut mieux introduire 2 ou 3 fruits et légumes par mois (quitte à les cuisiner de différentes façons) et que bébé se régale que de buter sur le moindre refus.

PRIORITÉ AU BIO ET AU PRODUIT EN FRANCE

Nous choisissons de préférence des aliments bio, LOCAUX (quand le choix est possible), DE SAISON et cultivés en France (sauf pour les fruits/légumes qui pour des raisons météo ne peuvent être produits dans l’Hexagone).

Il nous arrive aussi d’utiliser des produits surgelés lorsque l’aliment n’est plus de saison. Ce sont des sachets de légumes ou de fruits « natures » sans additif, 100% fruit ou légume achetés chez Picard. Pour l’instant, nous n’avons jamais été déçus, les saveurs sont intactes.

De même, si vous optez pour le « déjà préparé », les purées de légumes (type purée de brocolis, de carottes…) de chez Picard sont très bonnes aussi et bon marché.

TROUVER LES RECETTES

Très sincèrement, je n’ai pas passé ma vie à chercher sur internet recettes et sites spécialisés. Tout d’abord parce que c’est extrêmement chronophage et aussi parce que j’aime bien pouvoir avoir facilement accès à la recette sans inonder l’Ipad de signets. Et puis, c’est comme dans la vie, quand je suis satisfaite d’une marque, je suis du genre fidèle, alors pourquoi changer pour la diversification de bébé !

Je suis tombée sur le site Cooking for my baby et ça a été un vrai coup de coeur ! Tant sur les recettes proposées que sur la présentation du site : les recettes sont faciles à trouver lorsque vous les cherchez sur portable ou tablette et s’affiche au bon format, pratique lorsque l’on cuisine en même temps.

Ici, nous misons sur des recettes simples mais aussi d’autres plus originales où se mélangent diverses saveurs.

À la bibliothèque, je suis aussi tombée sur le livre « Fait maison – Recettes pour bébés » aux éditions Hachette. Des recettes faciles à faire et surprenantes en terme d’associations, Rose en était fan !

Et enfin, un basique, le livre « Petits pots maison pour bébé » qui est très intéressants pour l’aspect nutritionnel car élaboré par une diététicienne. En revanche, les recettes contiennent beaucoup d’ingrédients, il faut donc anticiper avant de cuisiner. Je conseille de l’utiliser lorsque vous avez du temps.

Vous voyez, pas cinquante mille ouvrages histoire de ne pas perdre de temps à lire et choisir sa recette. Avec le temps, j’innove en adaptant la texture à l’âge de Rose ou en changeant d’ingrédients.

Pour nos déplacements et vacances, nos optons pour la marque Good Goût qui propose de bons petits plats bio sur la base de 3/4 ingrédients. Il y a de la saveur, de la texture et une douce odeur qui ne rebute pas à la consommation. Les compotes en gourde sont super pratiques pour les pauses goûter.

 

 

BIEN S’ÉQUIPER

Je pense que nous n’aurions pas pu réussir notre diversification sans être correctement équipé. Au début, on n’avait aucun matériel car on ne pensait pas que le pédiatre nous donnerait si vite le go pour attaquer la diversification. Du coup, les débuts furent anxiogènes mais à force de persévérance et d’équipements, tout s’est mis en place et nous avons pu avoir nos premières satisfactions.

Pour ce qui est du robot, on a choisi le Nutribaby de Babymoov (plus d’explications dans les favoris ici) et après nombreuses utilisations, je ne regrette toujours pas mon choix et le recommande à tous les parents.

Côté vaisselle, une cuillère très souple me semble appropriée pour démarrer. Nous avions pris celle de Béaba (cuillère 1er repas) et cela a bien fonctionné. Ensuite, une fois le réflexe de mâcher établi, nous sommes passés aux cuillères thermosensibles Munchkin.

Si bébé rechigne à avaler, il y a la tétine alimentaire Kidsme qui permet à bébé de goûter de nouvelles saveurs en gardant le geste de succion.

SI ON SE LANÇAIT ?

À 4, à 6 ou même à 12 mois, peu importe, il faut essayer sans jamais oublier que Papa et Maman proposent, bébé dispose. Comme dit le dicton, PATIENCE est mère de sûreté. Un refus de bébé n’est pas un échec, laissez lui le temps de la réflexion et l’idée fera son bout de chemin dans son esprit.

Pour terminer, voici quelques idées des recettes (Cooking for my baby et livres cités au dessus) mises en image au fil des saisons.

Ci-contre, une fiche des aliments introduits chez Rose au fil des mois. À chaque RDV, je  questionnais notre pédiatre pour savoir ce que je pouvais donner à Rose et l’interrogeais beaucoup. Alors je me dis que ça peut peut être rendre service à d’autres parents de publier cette liste. Elle a été jugée comme bonne par notre pédiatre; une seule erreur : l’introduction des St Jacques un peu précoce du fait des éventuelles allergies. Pour les crustacés, il est préconisé d’attendre 1 an avant de le proposer à bébé. Mais attention, gardez bien à l’esprit que chaque bébé est différent et que cette liste est donnée à titre indicatif. Rose n’ayant aucune allergie, aucun trouble, aucune difficulté à manger, bref tout va bien, l’introduction des aliments en a été facilité. Je vous conseille donc de bien en parler avec votre pédiatre et d’obtenir son aval avant. Idem pour chaque questionnement.

Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Tomates anciennes
Salade de tomates anciennes
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Velouté cresson pomme de terre
Velouté cresson pommes de terre
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire -Courge oignon patate douce
Purée de courge butternut, oignon et patate douce
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Panais paprika pignon de pin
Panais au paprika
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Purée pomme de terre poireau carotte safran rouget
Filet de rouget et sa purée pomme de terre, poireaux, safran, carottes                 (oubliées sur la photo)
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Purée fenouil poireaux merlan
Purée de fenouil, poireaux et merlan
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire -Purée champignons pomme de terre aiguillette de canard
Purée de champignons, pommes de terre, échalotes, aiguillette de canard
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Ravioles de Romans aux brocolis
Ravioles de Romans aux brocolis

 

Des idées de desserts

Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Compote pomme groseilles
Purée de pomme golden groseilles
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Compote raisin figues
Compotée mi-figues, mi-raisins
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - soupe d'été raisin fraise
Soupe fraises raisins
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Tarte pomme prunes
Mini tarte aux prunes et aux pommes
Dansmabesace - Slowlife - Kids mum - Diversification alimentaire - Compote pomme pamplemousse litchis
Compote pomme pamplemousse et litchis

 

Bon appétit,

Mélanie

 

 

2 réflexions au sujet de « La diversification alimentaire, on en parle ? »

  1. Bonjour,

    Très bel article 👏👏👏.
    J’ai un petit loup de 15 mois donc assez proche de Rose..😊
    Je vois que vous faites une mini tarte. Comment se passe la gestion des morceaux ? Gaspard n’est pas très fan Si ce n’est pas mixé …☹️

    Bonne continuation et merci pour votre blog.

    Luce

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Luciole pour votre message 😊, je suis contente qu’il vous ai plu et puisse servir à d’autres parents 😊 Alors pour les morceaux, Rose semble fonctionner à l’inverse de Gaspard 😄 Elle a beaucoup de dents et préfère donc croquer et mâcher. C’est parfois une négociation pour lui donner une soupe 😄 Peut être pouvez-vous continuer de mixer la garniture et casser au pilon la pâte de sorte à avoir des petits morceaux et mélanger pâte et garniture ensemble de sorte à obtenir une mixture se rapprochant des moulinés. J’espère être claire. De toute façon, mieux vaut ne pas le forcer, c’est lui qui déterminera le passage du mouliné aux morceaux; l’essentiel étant qu’il s’alimente comme à l’ordinaire. Si besoin, je reste à votre disposition en MP pour tout questionnement.

      Au plaisir de vous retrouver sur le blog,

      Mélanie

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s